« Siffle, joli merle ! » Chant 3

Le journal de campagne de François Commeinhes n°1 dit :

 40 % des emplois sont occupés par des habitants des villes voisines

 Doit-on se réjouir d’une explosion des déplacements de salariés qui n’arrivent pas à habiter près de leurs lieux de travail ? Que d’embouteillages sur les routes du bassin de Thau ! Que de temps perdu en transports ! Que de pollution !

Les deux tiers des agents de notre hôpital, un des plus gros employeurs de la ville, se logeaient à Sète il y a vingt ans. Un tiers d’entre eux seulement peut y habiter aujourd’hui. Le prix des logements contraint deux salariés de l’hôpital sur trois, comme tant de Sétois, à partir loger ailleurs et à perdre des heures dans les transports chaque semaine.

Seule une autre politique municipale peut inverser la tendance ! Seule une autre politique peut permettre aux petits salaires de retrouver la possibilité de se loger à Sète à un prix abordable !

 Et assez de persiflages sur le chômage !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s