FORUM ÉDUCATION

Des parents d’élèves, des enseignants, des animateurs, des puissance sete,forum éducation, ffrancois liberticitoyens, de Sète mais aussi de Frontignan, Saussan et d’autres villes et villages, se sont rassemblés ce vendredi 14 Février pour débattre de l’éducation.

Nous avons souhaité circonscrire la discussion autour de l’organisation de l’école primaire et maternelle, qui entre dans le champ de compétence de la commune.

C’est justement cet enseignement primaire que vise la Réforme engagée par le gouvernement actuel, réforme dite «des rythmes scolaires» ou « Refondation de l’école».

En ce qui concerne le bâti scolaire, une grande partie des écoles de Sète est en piteux état (bâtiments vétustes, mal entretenus), et la prise en charge de leur fonctionnement n’est pas satisfaisante (faiblesse des dotations par élève, transports scolaires, restauration, pratiques sportives et culturelles, etc…)

Importance de l’enjeu

L’éducation, c’est l’avenir. Il s’agit de former des jeunes au vivre ensemble et d’accompagner le développement de leur personnalité, afin qu’ils deviennent des adultes autonomes et responsables.

Tâche complexe à laquelle la collectivité nationale consacre la somme de 130 milliards d’euros chaque année et qui concerne le quart de la population.

Dans notre ville qui compte 9 écoles élémentaires et 12 maternelles, il s’agit d’environ 3 240 élèves.

Nos objectifs

Une éducation partagée, fondée sur la laïcité et le principe de l’égalité des chances, afin de permettre l’accès à des activités sportives, culturelles, artistiques au plus grand nombre d’enfants possible.

 ************************

Intervention de M. Jacques Gleyse, Professeur des Universités, Directeur du

LIRDEF (recherche en didactique, éducation et formation)

Données scientifiques

 I – Temps scolaires

 « Les vacances et le temps des vacances sont toujours liées à des impératifs économiques et religieux (principalement catholiques en France)

En 1981 : apparition des 3 zones. Découpage en 7 à 5 semaines et 2 semaines de vacances. Au moins 10 jours. L’idéal serait qu’il n’y ait plus de zones.

Les horaires : l’entrée en classe à 8h30 revient en fait à 6h30 à l’heure solaire. Si le bus passe à 6h30 alors l’enfant se lève à 4h30 solaire. L’idéal là encore serait de pouvoir débuter à 9h30.

 II – Rythmes biologiques de l’enfant

 Il faut distinguer les rythmes nycthéméraux (externes) des rythmes circadiens (internes). Les pics d’attention pour les élèves se situent aux environs de 10-11 heures et de 15-16 heures.

La durée d’attention est très faible : de 2 à 4 mns chez les tous petits, à 40 mns chez les plus grands (collège et lycée).

Le problème c’est aussi celui de l’heure du réveil, déjà évoqué, et de la quantité de sommeil qui doit être suffisante même si elle n’est pas la même selon chacun.

Concernant les adolescents, 9 heures de sommeil sont nécessaires alors qu’en réalité ils dorment rarement plus de 7 ou 8 heures.

La France est le pays où les ‘horaires scolaires sont parmi les plus lourds et les programmes les plus concentrés..

Des pays ont plus de semaines de vacances que la France (9 mois) d’autres moins comme l’Allemagne (6 semaines) »

Intervention de Mme Josiane Ricard, responsable des Francas de l’Hérault 

Pour une éducation partagée

« Plusieurs éléments sont à prendre en compte dans un diagnostic sur l’école qui est devenue malgré elle la vitrine d’un malaise social qui génère des inégalités croissantes dans l’accessibilité à l’éducation.

150 000 jeunes sortent chaque année de l’école sans diplômes, mais pas sans qualification. Il faut leur permettre d’imaginer un avenir possible.

Nous avons la responsabilité énorme de construire une éducation dans un monde flou au niveau écologique, économique et social. Comment projeter des jeunes dans un monde que nous ne pouvons nous mêmes décrire ?

La dépense pour l’éducation est dite trop importante. Mais il existe de très fortes distorsions entre les différents niveaux de l’éducation: les grandes écoles dépensent bien plus que l’école élémentaire.

Contexte du débat : s’agit-il de liberté ou de libéralisme ?

 La loi d’orientation dite loi de refondation formalise des choses déjà existantes. Il faut sortir du dualisme dans lequel se trouve l’éducation entre l’Etat et les collectivités. La loi permet une réelle responsabilité partagée. Le péri-scolaire, c’est de l’éducatif par le biais des projets éducatifs de territoire (PEDT). Rien n’est imposé, il y a donc quelque chose à inventer. L’accès aux apprentissages dépasse l’apprentissage scolaire. Problème, comment un enfant accède-t-il à l’ensemble des ces apprentissages ? Il n’y a pas de fiche type : les PEDT ne sont pas obligatoires. D’ailleurs ça peut poser un problème avec le risque de renforcer les inégalités entre territoires.

Il existe 5 priorités à travailler.

 L’éducation n’est pas la propriété des enseignants et il faut mobiliser tous les acteurs, organiser des rencontres avec les citoyens, parents d’élèves ou non. L’éducation concerne en premier lieu les enfants et les adolescents. Ils peuvent être associés au processus éducatif qui les concerne : pas forcément des conseils d’enfants mais des espaces de participation dans les respect d’ailleurs de la Convention internationale des droits de l’enfant, dont François Liberti que je sache a toujours été un défenseur. Mobilisation aussi des professionnels de l’action éducative en mettant l’accent sur la formation professionnelle et la création d’emplois. Veiller aussi à la qualité des emplois. Enfin la mise en place d’une PEDT demande d’inventer un système de gouvernance partagée.

  • Elargir les représentations du monde.

  • Conforter les besoins du vivre ensemble. Priorité à l’éducation à la vie citoyenne.

  • Apprendre à utiliser son propre territoire.

  • Cultiver chez chaque enfant le bonheur d’apprendre ».

 Intervention de M. Stéphane Russo, responsable des Francas de l’Hérault

Vers une école ouverte

 « Que l’on se rassure : tout ne se joue pas à l’école !

La loi d’orientation permet de penser l’éducatif sous la forme d’une complémentarité éducative et d’une continuité éducative, de mettre en relation plutôt qu’en opposition.

La loi reconnaît des espaces différents qui, en étant bien articulés permettent une meilleure éducation.

Cette loi vise les élèves de niveau primaire. Des moyens supplémentaires ont été accordés : plus de maîtres que de classes et une réorganisation du temps.

Le but : avoir plus de temps pour s’épanouir. Il s’agit de trouver un équilibre entre temps scolaire et temps péri-scolaire.

En référence à Enfant sécure / enfant insécure. (Hubert Montagner) : pour que l’enfant soit sécure, il lui faut des repères stables. L’enfant vit 3 temps différents dans la journée : famille – école – loisirs.

 La loi pose aussi le centre de loisir comme espace éducatif majeur du temps péri-scolaire. Elle constitue une triple reconnaissance : une reconnaissance réglementaire (législative), une reconnaissance citoyenne (sondage à l’appui : 85 % des personnes interrogées en ont une bonne image et 88 % leur attribuent un rôle éducatif), une reconnaissance pédagogique.

 On peut se donner 3 objectifs:

– L’éducation va de la garderie aux centres de loisir en passant par l’école. Il s’agit donc de développer les pratiques pédagogiques et de renforcer la continuité temporelle.

  • Développer les projets d’établissement en relation avec les territoires (PEDT).

  • Développer la professionnalité des enseignants, des animateurs et des familles. Faire émerger une culture éducative partagée. Favoriser les certificats d’animateurs péri-scolaires ».

 Clôture du forum par François Liberti

 « Il ne s’agit pas de tirer de conclusion maintenant, en ce domaine moins encore qu’en nul autre.

Le débat qui a eu lieu ce soir aurait dû s’ouvrir depuis longtemps. Il reste à faire. La majorité actuelle a simplement sondé les parents sur les horaires mais si nous sommes élus, nous intégrerons d’autres paramètres au dispositif.

Au-delà de savoir si cette réforme est bonne ou mauvaise, nous devons nous donner les moyens de la mettre en oeuvre.

L’école est le reflet de la société, dans sa réussite et ses échecs. Dans un contexte marqué par la compétitivité et la rentabilité, nous devons faire prévaloir l’intérêt de l’enfant.

Les élus doivent aussi adopter des postures de résistance. Ils doivent notamment se battre, aux côtés des parents, contre la fermeture des classes.

La ville de Sète a gagné 4 000 habitants en 10 ans mais la population scolaire a baissé. La démographie a été rééquilibrée au détriment des jeunes couples avec enfants, en lien avec la politique de l’actuelle majorité municipale qui n’a pas encouragé les créations d’emplois et a favorisé la spéculation dans la pierre. Sète a ainsi perdu 120 postes d’enseignants depuis 2007.

Inverser la tendance ne sera pas simple. Le travail collectif ne fait que commencer. »

 ***********************

NOS PROPOSITIONS

  • Tout faire pour l’égalité des chances : ne pas laisser marginaliser les activités d’éveil hors temps scolaire ni tenter de faire des enseignants des animateurs.
  • Empêcher des intérêts privés (Acadomia et consorts) de prendre le contrôle de la scolarité et de l’éducatif.
  • Refuser l’inégalité entre communes et territoires, riches et pauvres.

– Appliquer la réforme dès la rentrée prochaine en organisant une concertation la plus large possible, trouver des partenariats avec l’éducation populaire et mettre en place un PEDT, le maire étant l’animateur de cette grande concertation.

  • Favoriser une scolarisation le plus tôt possible (2,3 ans).
  • Donner tout son rôle à l’école maternelle.
  • Faire du temps géré par les collectivités une chance pour les plus défavorisés.
  • Laisser du temps aux enfants pour respirer, vivre, s’amuser.
  • Donner toute leur place aux conseils d’école.
  • Engager un plan pluri-annuel de remise en état des locaux et équipements scolaires.

Sétoises et Sétois, vos écoles appellent au secours !Malgré les efforts des communicants du maire actuel et de sa majorité pour masquer manques et injustices, les équipes éducatives concernées comme les parents déplorent :

  • des locaux le plus souvent vieillissants ou carrément vétustes avec fenêtres fermant mal ou dangereuses, des surfaces ne permettant pas l’accueil décent des enfants.

  • des équipements pédagogiques sous les normes, par exemple pour l’initiation prévue à l’outil informatique en élémentaire.

  • un sous-équipement sportif ou gymnastique (tapis, ballons) …

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Télécharger le compte rendu pour l’imprimer et le partager

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s