COMMEINHES CRÉE LE CHÔMAGE ET CASSE LA FORMATION !

Au cours du passionnant forum sur l’économie, l’emploi, la formation et l’insertion, organisé par le Collectif « Puissance Sète » le samedi 18 janvier à la salle Tarbouriech, tous les intervenants et notamment le Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie ont insisté sur la situation dramatique de l’emploi sur Sète où le chômage a atteint un taux record de 17% Tous les participants ont également établi un lien étroit entre formation et emploi.

Depuis 1976, la municipalité Martelli a créé à Sète un Centre de Formation d’Apprentis et un Centre de Formation Professionnelle municipaux. Chose très rare en France mais qui met en avant la double volonté de former dans des conditions optimales le professionnel mais aussi le citoyen qui sera en mesure de se former tout au long de sa vie. En 2010, ils sont 650 jeunes une centaine d’adultes à suivre des formations professionnelles.

En 2011, Commeinhes nomme à la tête de ces centres une direction qui n’a ni les diplômes, ni les compétences professionnelles requises mais qui possède celles édictées dans le cadre de la politique de copinage du Maire : il est le responsable local de l’UMP et a même affiché des velléités de se présenter contre un Maire sur lequel il disait à l’époque pique que pendre. A coup de formules « Bling-Bling ! » et à l’emporte pièces on allait voir ce que l’on allait voir. On voit :

Décembre. 2012 : 545 apprentis (données CFA)

Décembre. 2013 : 453 apprentis (données CFA)

Perte de 35% en 3 ans.

Dans le même temps, le nombre d’apprentis augmente de 38% sur la région Languedoc Roussillon (données Conseil Régional)

  1. A Sète, plus le chômage augmente, plus l’offre de formation baisse. D’autant plus inacceptable que selon les informations données par les représentants de syndicats patronaux, des apprentis sétois et héraultais doivent suivre leur formation dans le Gard ou les PO (boucherie, vente par exemple).

  2. Des conséquences financières pour les recettes du CFA et les finances de la ville. Un apprenti de moins c’est au bas mot 3500€ de subvention en moins (selon la formation)

La perte de 200 apprentis en trois ans représente donc près de 1 M € de manque de subvention de la Région pour le budget du CFA et donc de la ville.

  1. Des conséquences qualitatives. Résultats aux examens en nette baisse

4. Un bilan humain catastrophique :

  • multiplication des arrêts pour longue maladie liés aux conditions de travail indignes qui sont imposées.

  • Multiplication des actions en justice, entre 12 et 15. Du jamais vu dans un service municipal, du jamais vu au CFA depuis 1976.

Au CFA comme ailleurs, Commeinhes fait le choix du copinage au détriment de la compétence. Au CFA comme ailleurs ce sont les Sétois qui souffrent de sa politique.

Jean-Luc Bou

Vous souhaitez le télécharger puis l’imprimer pour la partager avec vos amis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s